Mairie de Ramonville Saint-Agne - Place Charles de Gaulle - BP 82486 - 31524 Ramonville Saint-Agne CEDEX - 05-61-75-21-21 - Mentions légales

Ramonville pratique

Parcourir > Accueil du site / Ramonville pratique / Une ville portuaire

imprimer Imprimer  / Taille du texte : diminuer Diminuer   augmenter Augmenter

Canal du Midi : voyage à bord du Tourmente

Canal du Midi : voyage à bord du Tourmente

Les 5 et 6 octobre derniers, une péniche, à la vocation un peu particulière, a fait une halte à Port Sud. Le Tourmente lors de ses escales propose des produits issus des territoires traversés par le Canal et organise un marché de producteurs. Rencontre avec Jean-Marc Samuel, co-propriétaire du Tourmente avec L’Équipage.

QUELLE EST LA VOCATION DU TOURMENTE ?
J.-M. Samuel :
l’idée de départ est de réutiliser le Canal qui court entre trois régions pour transporter des marchandises, comme c’était le cas il y a encore quelques décennies ; savez-vous que c’est au début des années 1970 que le fl ux de marchandises transportées sur le canal du Midi a été le plus important ? Nous avons voulu relancer une activité économique de transport qui a été complètement délaissée et oubliée pour développer le transport commercial doux, moins polluant et moins dangereux que la route.

QUE PEUT-ON TROUVER À BORD ?
J.-M. Samuel
 : notre association Vivre le canal propose des produits issus des régions traversées par le Canal, organisant ainsi un circuit court fl uvial  : les marchés du Canal s’installent ponctuellement lors d’escales dans les communes traversées, comme à Ramonville. Nous travaillons aujourd’hui avec une vingtaine de producteurs. Vous pouvez par exemple déguster et acheter du jus de pomme d’un producteur basé dans le Lot-et-Garonne, du vin de Bordeaux, de la confi ture de l’Aude, etc. Outre la découverte de denrées sans produits chimiques et de bonne qualité gustative, cette activité est un moyen de faire revivre l’esprit du Canal, de tisser des liens avec producteurs et habitants autour de cette voie d’eau et d’échanger entre les territoires.

LE TOURMENTE, C’EST AUSSI UNE ACTION SUR LA MÉMOIRE ?
J.-M. Samuel
 : effectivement, le Tourmente porte aussi les voix des mariniers. Dans la cale, un espace est dédié à leur histoire grâce à une collecte de paroles, de documents, de photographies et de fi lms mettant en lumière le métier d’artisan batelier et la vie quotidienne sur le Canal. Les mariniers transportent dans leur mémoire un mode de vie unique et le témoignage d’un commerce doux et écologique… nous tentons simplement de faire en sorte que leur histoire ne soit pas défi nitivement oubliée.

QUELLES SONT VOS AMBITIONS ?
J.-M. Samuel
 : nous aimons l’idée d’échanges et de proximité : nous allons donc continuer à tisser des liens avec des producteurs et aller à la rencontre de la population, en organisant si c’est possible des actions communes en partenariat avec les acteurs locaux.


LE TOURMENTE

Né en 1934 dans un chantier aux Pays-Bas, le Tourmente a été construit pour la Société chimique, routière et d’entreprise générale (Screg) afin de transporter du goudron liquide.

Pendant presque 40 ans, la péniche fait des allers-retours entre les raffineries de l’estuaire de la Garonne et Toulouse, participant à la vie du Canal où circulent des bateaux de compagnies et d’autres appartenant à des artisans bateliers, transportant des céréales, des hydrocarbures et beaucoup d’autres produits, dont le vin qui sera la dernière marchandise transportée à bord du Bacchus et de L’Espérance jusqu’en 1989.

En 1975, le bateau est racheté et transformé pour l’extraction de sables et graviers sur la Garonne.

Dans les années 2000, un couple de néo-mariniers décide de le restaurer et de lui rendre sa fonction première : transporter des marchandises sur le canal du Midi

Publié le 26 octobre 2013, mis a jour le 3 décembre 2013

Haut de page Retour haut de page
Partager :