Mairie de Ramonville Saint-Agne - Place Charles de Gaulle - BP 82486 - 31524 Ramonville Saint-Agne CEDEX - 05-61-75-21-21 - Mentions légales

Enfance Jeunesse

Parcourir > Accueil du site / Enfance Jeunesse / Restauration scolaire

imprimer Imprimer  / Taille du texte : diminuer Diminuer   augmenter Augmenter

Qualité alimentaire : favoriser les filières courtes

** Vous consultez actuellement un article archivé **

Qualité alimentaire : favoriser les filières courtes

Un des volets de l’Agenda 21 de Ramonville, actuellement en cours, consiste à développer les produits biologiques et locaux dans la composition des repas servis dans ses restaurants, notamment dans les cantines scolaires. D’autres projets autour de la qualité alimentaire sont à l’étude.

Le bio dans les cantines  : une sensibilisation nécessaire

Plus de 900 repas sont servis chaque jour par la restauration municipale dans les écoles, aux personnes livrées à domicile comme au personnel municipal. L’équipe restauration gère l’ensemble de la prestation, de la commande des matières premières au service des repas, dans un souci permanent de qualité. Cette gestion en direct permet à la commune de choisir ses fournisseurs et d’être autonome dans l’élaboration des menus.

Bien qu’initiée en 2009, la démarche d’introduction de produits issus de l’agriculture biologique en restauration collective a pris un nouvel essor le 28 septembre 2010, date à laquelle les différents acteurs de la commune concernés par le projet se sont réunis pour valider cet engagement publiquement et aller encore plus loin.

Consciente que l’accompagnement des agents territoriaux est indispensable à la compréhension de son action par les usagers, la commune a souhaité, dans un premier temps, proposer aux agents une formation  : assurée par le GAB 65, groupement des agriculteurs biologiques des Hautes-Pyrénées, la formation a débuté en octobre dernier par la visite d’une ferme de maraîchage en agriculture bio pour se poursuivre à la cuisine centrale de Ramonville par la découverte de nouveaux produits et de techniques culinaires associées.

L’objectif de la formation est de sensibiliser les agents de la restauration aux enjeux de l’intégration des produits bio en restauration collective et d’apprendre à travailler ces produits (préparations culinaires)  ; pour les agents du service Éducation Jeunesse, la formation a pour but de promouvoir ce travail en valorisant les produits sur le plan nutritionnel, sanitaire et éducatif en direction des enfants. Suivront des actions d’information et de sensibilisation à destination des enfants et des parents, en coordination avec les équipes du service jeunesse (temps périscolaire), les écoles, le centre de loisirs et les autres acteurs de la commune (cf Agenda 21).

Enfin, c’est dans le cadre du renouvellement de ses marchés restauration en 2012 que la commune sera en mesure de développer les produits bios dans les menus et de privilégier les filières courtes de manière à ce que ses achats alimentaires soient en cohérence avec son plan d’action.

Qualité alimentaire  : les projets en réflexion

Dans le cadre du programme d’actions de l’Agenda 21, la commune a la volonté de développer d’autres projets liés à la qualité alimentaire. Un groupe, constitué d’agents municipaux, d’élus, et de partenaires institutionnels, privés et associatifs, va élaborer plusieurs actions complémentaires à celle de la restauration collective  :
- favoriser l’accès à l’alimentation de qualité pour les publics précarisés  ;
- développer les jardins partagés  ;
- éduquer à la qualité alimentaire  ;
- favoriser les initiatives de maraîchage et aménager des zones de vergers sur la commune.


Les grands principes de l’agriculture biologique

L’agriculture biologique est un système de production agricole basé sur le respect du vivant et des cycles naturels qui gère de façon globale la production en favorisant l’agrosystème mais aussi la biodiversité, les activités biologiques des sols et les cycles biologiques. Pour atteindre ces objectifs, les principes sont  :
- la rotation des cultures  ;
- le non-usage d’engrais chimiques de synthèse, de pesticides de synthèse et -’organismes génétiquement modifiés  ;
- le maintien de la vie microbienne des sols  ;
- l’utilisation de variétés végétales et de races animales adaptées au terroir  ;
- la préservation de la ressource en eau et la lutte contre l’érosion.

Publié le 27 octobre 2010, mis a jour le 24 mars 2013

Haut de page Retour haut de page
Partager :