Mairie de Ramonville Saint-Agne - Place Charles de Gaulle - BP 82486 - 31524 Ramonville Saint-Agne CEDEX - 05-61-75-21-21 - Mentions légales

Municipalité Citoyenneté

Parcourir > Accueil du site / Municipalité Citoyenneté / Mission handicap

imprimer Imprimer  / Taille du texte : diminuer Diminuer   augmenter Augmenter

Un projet européen pour les élèves sourds

** Vous consultez actuellement un article archivé **

Un projet européen pour les élèves sourds

Les équipes pédagogiques des écoles Jean-Jaurès et Sajus se sont associées à une école belge de Namur dans le projet européen Comenius Regio d’échanges d’expériences dans l’enseignement en langue des signes française (LSF) aux élèves sourds.

L’académie de Toulouse est la seule en France à proposer une filière complète d’enseignement en langue des signes [1], et c’est à Ramonville que les enfants sourds débutent leur scolarité. L’école élémentaire Jean-Jaurès et l’école maternelle Sajus accueillent en effet des classes de la filière langue des signes française (LSF) au sein desquelles des élèves sourds bénéficient d’un enseignement direct en LSF dans toutes les disciplines. La LSF y est enseignée comme langue à part entière. Les autres programmes sont identiques à ceux des élèves entendants. Certaines activités scolaires sont communes aux élèves sourds et entendants. Les équipes pédagogiques sont mixtes : les enseignants entendants interviennent dans les classes entendantes et les enseignants sourds ont la responsabilité des classes LSF.

LES ENJEUX PÉDAGOGIQUES

Une large réflexion est menée par les équipes sur la place de chacun, élève ou enseignant, avec son appartenance culturelle et identitaire, dans la communauté éducative. Les enjeux pédagogiques des classes LSF se situent autour de la maîtrise de la langue des signes et du français écrit. Le français écrit est enseigné avec le support de la LSF. Une méthodologie spécifique, basée sur les stratégies visuelles, est mise en place pour aborder la langue écrite.

Parallèlement, une école belge située à Namur, mène une expérience similaire mais basée sur la mixité car les élèves sourds sont partiellement intégrés dans des classes ordinaires avec deux enseignants : l’un qui s’adresse aux enfants entendants, l’autre signant, qui s’adresse aux enfants sourds. Les enseignants travaillent en commun un programme identique pour les sourds et les entendants. Les équipes pédagogiques belges ont donc eu l’idée de s’associer à celles de Ramonville dans le cadre du projet Comenius Regio basé sur les échanges de pratiques. Des partenaires universitaires
- comme l’Institut de recherches en informatique de Toulouse (Irit) - sont également impliqués dans ce projet.

Coordonné grâce à l’engagement de Marie-Paule Kellerhals et soutenu par l’académie de Toulouse au travers de l’inspection Adaptation Scolaire et scolarisation des élèves Handicapés (ASH), ce projet permet aux enseignants des écoles Sajus et Jean-Jaurès de Ramonville ainsi qu’à ceux de l’école Sainte-Marie de Namur de s’interroger sur les interactions des deux langues (langue des signes et langue française) et sur les réponses méthodologiques possibles pour que l’élève sourd acquière de solides compétences en français écrit. Les réflexions qui ressortiront de ces échanges, tout comme les ressources pédagogiques qui seront créées tout au long du projet, seront mises en ligne dans un site collaboratif.

SOUTIEN MUNICIPAL

Berceau de l’implantation de la première classe bilingue intégrée sur un groupe scolaire et toujours attentive aux problématiques en lien avec la scolarisation des enfants sourds, la ville de Ramonville est associée de près à ce projet. En tant que partie intégrante de la communauté éducative, elle souhaite affirmer son soutien aux équipes enseignantes pour l’ampleur du travail engagé depuis des années, et exprimer des valeurs chères à l’idée qu’elle se fait de la citoyenneté.

 [1]


[1] 1
[1] La langue des signes française (LSF) est une langue visuelle utilisée par les sourds francophones et par de nombreux entendants de leur entourage (famille, amis…). Elle remplit les mêmes fonctions que les langues vocales pour les personnes entendantes. Signée par plus de 200 000 personnes sourdes, elle est l’un des piliers de l’identité de la culture sourde et est reconnue comme une langue à part entière depuis la loi du 11 février 2005.

Publié le 29 janvier 2013, mis a jour le 29 juin 2017

Haut de page Retour haut de page
Partager :